Le Concept MID mauricien: mythe, mensonges et détournements !


Quand le mercantilisme politique s’en mêle !

J’ai HONTE !

Entre le concept visionnaire de Joel de Rosnay et l’état du MID (Maurice Ile Durable) en 2012, il y un gouffre aberrant ! Non pas parce que le peuple mauricien ne se sente pas concerné, mais bien par la volonté destructrice d’une clique politique, mafieuse et menteuse.

Le mercantilisme politique tire la nation mauricienne vers le bas, entraînant vers le fond, par la même occasion, l’image d’un pays en pleine crise d’identité écologique. Les sonnettes d’alarme tintinnabulent de toutes parts, mais nos dirigeants font la sourde oreille au mépris du bon sens et d’une certaine responsabilité citoyenne, voire même globale.

Albion Nouveau centre de Polemique, MID, CT POWER

CT POWER UNWANTED…

L’affaire CT POWER d’Albion en est la preuve. Aujourd’hui, plein d’irrégularités légales et philosophiques pavent les plans de ce projet diabolique… Et le peuple ne sait plus à quel saint se vouer.

Comment une entreprise privée Malaisienne peut elle ordonner à un état souverain la marche à suivre dans la gestion de ses affaires de santé publique, de développement durable et d’écologie, tout en utilisant la plus haute instance judiciaire ? N’y-a-t-il donc pas suffisamment de raisons d’état liés à la protection du peuple ? Le commun de l’intelligentsia mauricienne ne sait-elle pas que les émanations de dioxyde de soufre provenant de la combustion (même propre) du charbon amène inexorablement des pluies acides, qui même en petite quantité, impactent durablement la santé publique et l’environnement ? Ce projet machiavélique est une promesse de cancers de peau et de désertification pour les générations futures dont font parti mes enfants, vos enfants, nos enfants… et les leurs !

Devra-t-on faire appel à des ONG puissantes pour régler nos problèmes d’état souverain ? Rien que d’y penser me donne à tourner pourpre de honte !

Mauvaise volonté ou volonté éhontée ?

Alors que partout dans le monde existe une volonté affichée de réduire la dépendance aux énergies fossiles, notre gouvernement magouille pour permettre, voire imposer, l’installation d’une centrale à charbon hautement toxique pour l’ensemble de l’écosystème national. Celui-ci déjà fragilisé par un développement sauvage enclenché généralement par le mercantilisme tous azimuts de notre classe politique de tout bord, ne pourra sans doute pas supporter un énième coup de boutoir.

Le projet CT POWER ne représente pas qu’un risque local pour les habitants des beaux quartiers d’Albion. Les risques plus importants existent pour ceux du village moins nantis et moins informés  Lors de mon passage dans les quartiers moins glamour de ce beau village de l’ouest mauricien et lors de mes rencontres avec certains habitants, je me suis rendu compte que leur connaissance du projet et des risques de santé encourus était quasi nulle ! Comme qui dirait qu’on posait dans le voisinage de leur habitat une hydre à face sociale qui promettrait du travail et certainement des fonds CSR.

Les retombées du projet CT POWER

Bien au-delà d’Albion, avec la généreuse brise de mer que nous connaissons sur la cote Ouest, ce sont des villages comme Bambous, Beaux Songes, des quartiers comme Roches Brunes, Stanley, Trèfles,  des villes comme Beau Bassin, Rose-Hill, et Vacoas qui risquent de se retrouver sous des films permanents de carbone et de suie. Bien au-delà de la délimitation géographique, ce sont des milliers de Mauriciens et d’expatriés qui se retrouveront a respirer des doses létales de suie et d’escarbilles.

Et je ne parle même pas des dégâts qui seront causées à l’environnement marin !

HONTE !

A ce jour, la honte du mauricien est telle, qu’elle ne peut s’exprimer ouvertement… par peur, par désillusion, par fatalisme.

  • Par peur de se retrouver dans une situation instable, gros prétexte politicien quand il en vient a répondre aux crainte d’une population en attente d’une gouvernance en toute transparence.
  • Par désillusion, car dans notre culture, la résilience semble être une qualité mise au service de certaines formes d’incompétence.
  • Par fatalité parce que pour beaucoup d’entre nous, quand nous votons, nous sommes lies à la vie, à la mort, au quinquennat de quelques promesses de malfrats en costume-cravate.

Imaginez les retombées économiques en terme de dépenses nouvelles au niveau de la santé publique, au niveau de l’industrie touristique qui perdra définitivement des points et des touristes. Imaginez l’impact sur le Club Med… les projets IRS/ ERS qui basent leurs arguments de vente sur la qualité de l’air et de l’environnement mauricien. L’avenir énergétique que propose le projet CT POWER est hélas bien sombre. Un avenir que ne verront certainement pas nos dirigeants actuels, mais qui sera le leg de toute une nation a ses enfants. QUEL GACHIS !

ASSEZ MAINTENANT !

Il est temps de se dire que sous certaines conditions, qu’un gouvernement incapable, incompétent et malhonnête peut être révoqué sous la pression du peuple. Il est temps de fermer nos oreilles à leur chants de sirène et aux appels à une confiance qui cachent d’autres méfaits en amont.

Pièce à conviction

Et je verse ici une pièce accablante au dossier ; La reproduction partielle d’une interview donnée par un ancien président du Maurice Ile Durable (MID) fund, M. Vasantt Jogoo à Deepa Bookun de L’Express.

Nous y apprenons que ce qui était à l’origine destinée au développement de stratégies durables est devenu une farce… simple annonce électoraliste. Lisez-le et dites en toute conscience s’il nous est permis d’accepter ça.

Ci-après l’extrait et le lien :

«Le ministère des finances veut saboter le MID»

Cet urbaniste hautement qualifié (Vasant Jogoo) n’aura duré que 10 mois à la tête du  «MID Fund». Il explique ici qu’il existerait une stratégie délibérée au niveau du ministère des Finances de saboter le MID, qui n’intéresserait le gouvernement que pour les taxes qu’il rapporte.

● Pourquoi ferait-il une telle chose ?

Pour le ministère des Finances, le MID est juste une façon de collecter des revenus. Rien que cette année, ils auront Rs 500 millions à Rs 600 millions comme taxe pour le MID, car sur chaque litre d’essence que nous achetons, on nous fait payer 30 sous pour le MID Fund. Cet argent va dans les caisses de l’Etat. Or, si le MID avait marché, si l’on avait pu venir de l’avant avec un plan d’action MID, on aurait eu besoin de ces fonds. Mais l’argent que l’on ramasse pour le MID fi nance aujourd’hui les voyages et le per diem des ministres. Déjà le ministre est en train de parler de «tight budget» et de se plaindre du PRB. Un MID Action Plan aurait coûté Rs 2 milliards. Ça soulage qui, le fait qu’il n’y a pas de plan d’action ?

● N’êtes-vous pas en train de faire un procès injuste au ministère des Finances ?

Il y a un rapport du Fonds monétaire international (FMI) sur lequel Osmose dans l’express a attiré l’attention. Le MID est décrit par le FMI comme une taxe, pas comme un projet de société. Le FMI détient ses informations du ministère des Finances. Quand le MID est faible, le ministère peut se permettre, malgré le fait qu’il collecte des fonds au nom du MID, de nous jeter des miettes. Et le ministère des Finances a systématiquement objecté à toutes les propositions du MID Fund sans jamais pouvoir articuler ses objections.

Je crois que c’est délibéré et je pense que tôt ou tard, ils vont fermer le MID Fund.

Lire l’interview complète sur l’express.mu

Voila… Tout, ou presque, est dit… A vous de réagir et d’Agir !

Alea iacta est !

One thought on “Le Concept MID mauricien: mythe, mensonges et détournements !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s