Sur La Route du Jugement Dernier


Longtemps, très, très longtemps… bien avant… Oh oui,  bien avant que notre Patrie n’ait été mise en forme d’une nation démocratique, vivaient, dans une ville au sud de Jérusalem, des juifs qui offraient leurs enfants en sacrifice au dieu Moloch. Cette ville de toutes sortes de perversions, s’appelait gē-Hinnōm  qui, en Hébreu, voulait dire « Vallée de Hinnom ». Le Grec et le Latin l’empruntèrent et l’amenèrent au monde des mots… Arriva ainsi la Géhenne, notion de ville maudite, proche de l’enfer !

Si l’origine étymologique remonte à des temps immémoriaux, actuellement à l’Ile Maurice, nous vivons, ne serait-ce que par transposition, des situations immorales qui rappellent à notre conscience, la notion de la décadence et de l’Enfer ; une vision apocalyptique, sans futur, où se pratiquent, en toute conscience, des infanticides sacrificielles…  Oui une Géhenne métaphorique ! Un illogisme où se concentrent pestiférés, lépreux, putains et voleurs de grands chemins… Une grosse fosse où se retrouvent les pestilences les plus tenaces, aux cotés de promesses de rédemption !

Dans cette même veine, notre Ile-état se serait  transformée peu à peu, aux travers de plus de 40 années de vie politicienne incontrôlée et incontrôlable, en lieu maudit, bien que promis à des avenirs plus que prometteurs. Mais comme dans toutes les écritures saintes, quelles qu’elles soient, au delà de la Géhenne, tout converge au moment du jugement dernier, le moment des comptes à rendre, le moment où bons et méchants passent à l’abaque.

…  la Géhenne et ses tourments de feu seront réservés à ceux qui n’ont pas été fidèles aux commandements durant leur vie.

Thierry Legrand, Le thème du feu dans les traditions targumiques du Pentateuque, dans Les hommes et le feu de l'Antiquité à nos jours: Du feu mythique et bienfaiteur au feu dévastateur, Presses universitaires de Franche-Comté, 2007, p.38

NOTRE Géhenne A NOUS !

L’année 2013 à Maurice, nous poussent à penser que nous sommes dans une période d’expiation et de grandes souffrances, marquée par la perte de plus de vingt vies humaines, la rétrogradation de hautes figures politiques à l’instar de Varma, d’Issac ou de Maurice Allet, tombés, tous trois, au bout d’un crime de lèse-morale. D’un autre coté, nous vivons le sacrifice des plus vulnérables de nos enfants, avec les affaires Namaste, APEIM ou IVTB qui ne sont que la partie émergée d’un iceberg difficile à fondre !…  Puis il y a ces désinvoltes de la République tels Shakeel Mohamed et surtout Anil Bachoo qui ressemblent de plus en plus à des chacals aux dents jaunies par tant de décisions et de menaces scabreuses, suffisamment longues néanmoins pour faire peur aux plus petits.

KONFYANS

Notre Géhenne à nous, c’est aussi cette perte de confiance dans une justice des hommes qui se nécrose de l’intérieur par une corruption latente, presque génétique ! Le malheur a voulu que ce soit une histoire de jeu et de paris qui nous ait montré la vraie face truquée de notre dé judiciaire. Elle nous aura démontrée aussi les limites des intérêts personnels quand sont ramenés des noms de policiers gradés en son sein.

Comme pour la Vallée de Hinnom, notre pays n’a pas toujours été un enfer.  Je ne cesse de méditer sur ce que nous sommes devenus, sur le d’où-je-viens. Une certaine nostalgie me ramène à cette période quand une mère bleue et un père rouge (les miens) élevaient leurs six enfants dans le respect d’autrui, du drapeau et du travail.  Je me souviens de la ferveur des convictions… de celle de mon père par rapport à son engagement en tant que syndicaliste… celle de ma mère, de par son héritage d’une famille créole qui aura cousu bien des centaines de robes de mariées et joué à la nourrice, pour de « grandes familles blanches ». Leur union engendra tout naturellement une génération mauve qui avait foi sur les promesses faites à un prolétariat en soif d’émancipation.

Aujourd’hui, malheureusement, nous assistons sans broncher à la « racaillisation » de la classe politique, au dévergondage de nos institutions ! Les enfants des pères de notre nation ont pris le pouvoir et avec, un capital de passe-droits qui ne se bonifie qu’à leurs seuls avantages.

Mais le cycle se boucle. Le Check Out Time est proche !

LA GRANDE DUPERIE

A moins de 600 jours d’une échéance électorale de très haute importance, le parti au pouvoir opère tous azimuts à se refaire une virginité. Avec l’amorce d’une campagne déloyale à l’égard des autres partis et regroupements populaires,  le Parti Travailliste ne se gène plus dans la récupération de journées à caractères internationales et nationales, pour faire son marché auprès des jeunes mauriciens en mal de repères et de « Role Models » politiques.

Il a été archi dit que notre pays est en crise de leadership et que cet état de choses freine la sublimation de notre démocratie, mettant en cause par la même occasion,  le bien-fondé de notre système électoral dans son ensemble et  jusqu’au bout de ses racines. En bref, l’Ile Maurice est devenue un bateau-ivre, ou pire… un train fou qui, a l’instar du TGV de St jacques de Compostelle prend des virages à des vitesses vertigineuses, sans le contrôle de son pilote au téléphone.

C’est dans ce contexte des plus sombres, qu’un des penseurs les plus en vue de notre planète, Robin Sharma, s’est laissé inviter à participer à un évènement politique labellisé délibérément, à tort, de National, par le Parti Travailliste. A ce jeu de dupe, bien de jeunes Mauriciens ne se sont pas laissés surprendre.  La démarche de marketing politique sous-jacente, est on ne peut plus évidente, en face d’une situation devenue intenable pour les élus de la majorité. Que Sharma soit l’invité des jeunes travaillistes de Nita Deerpalsingh, nous pouvons le concevoir, mais ce qui nous laisse perplexe c’est toute la mise en scène autour d’un évènement placé sous la bannière de la Journée Internationale de la Jeunesse mais qui reste une démarche partisane. Une telle journée aurait du être célébrée par le gouvernement pour son peuple, certainement pas par un parti au pouvoir pour son électorat jeune… Il y a un minimum d’éthique je pense…

Bien qu’ouvert au public, la conférence de Robin Sharma est un évènement qui s’insère dans un calendrier pré-électoral travailliste. Stratégiquement bien pensée, cet évènement ne laissera pas indifférent !

Le 03 aout prochain, je ne pense pas que lors de son discours, Navin Ramgoolam parlera de la contribution positive de l’Opposition… encore que ! Je ne pense vraiment pas qu’il parlera de la contribution du MMM ou du PMSD dans le paysage politique mauricien. Tout sera à la gloire du Parti Travailliste, pas à celle apolitique d’une nation mauricienne que nous voulons unie.

On peut tous imaginer ce qui se pourrait bien se passer au SVICC, samedi. Sharma parlera de ce qu’il sait le mieux : Il nous invitera à prendre conscience des capacités individuelles à être de meilleurs artisans pour un monde meilleur – ce qui n’est pas mal du tout. Mais du coté rouge, ce sera encore du « battage d’estomac »… Du maintenant traditionnel leitmotiv creux: « Mo Papa finn fer sa, Mwa mo finn fer sa pou bann zenn. Parti Travailliste inn donn sa, Nou pou fer sa. » Le danger d’un tel amalgame entre une star planétaire et une stratégie politique de déni vertement affichée de manière arrogante, et il faut la dénoncer,   est ce type de cautionnement tacite qui pourrait bien être un vice caché par rapport a Robin Sharma lui-même. Cet appui public de Sharma, somme toute « People », donne au Parti Travailliste une légitimité superficielle, valeureuse surtout en ce moment quand les hausses de tarifs du transport et de la redevance télé nous sont imposées de manière sauvage !

Il faudra, sans doute, rappeler à tous ces jeunes :

  • Que la hausse courante du chômage des diplômés est là, et que les entreprises du BPO partiront en masse un jour, par souci de profitabilité. Cela laissera à un certain moment, une dizaine de milliers d’entre eux, sur le pavé, et que contre cela, la meilleure solution du parti au pouvoir serait de chercher du travail au Canada !
  • Que le castéisme tout comme le communautarisme n’a rien de moderne et que toute division ne peut qu’agrandir les fossés sociaux.
  • Que  notre service Internet est des plus lamentables au monde, par rapport au concept de Cyber-ile… à un tel point que cela nous prend 20 minutes (au mieux) pour voir une vidéo de 3 minutes sur YouTube et que nos conversations Skype sont des plus pourries.
  • Que le sport est dans un état déplorable… Plus de Matchs du Football qu’on aime en famille, aux stades comme à la Télé, plus de jeux inter-collèges où l’honneur et l’appartenance étaient des mots de valeur.
  • Que la dynamique nécessaire à l’évolution moderne des arts et de la culture est inexistante… La MASA est en faillite administrative et ne peut protéger nos droits intellectuels. Il y a l’absence de  cahiers des charges pour financement de nos théâtres, de nos auteurs… et  il y a ces décisions cosmétiques, de la poudre aux yeux, pour une industrie cinématographique qui est laissée pour compte.
  • Que nous n’avons pas de Télé de divertissement et d’information objective et moderne. (Nous développerons une autre fois)
  • Que leur futur est compromis devant le refus du pouvoir actuel de considérer qu’une société durable ne peut accepter l’installation de nouvelles stations à charbon et devrait plutôt s’évertuer à proposer des solutions qui respectent l’homme et l’environnement…
  • Qu’en bref, si nous suivons ce pas, nous ne serons plus capables d’être fiers de quoique ce soit.

…et également rappeler au peuple, en général :

  • Que l’augmentation des tarifs du transport, dans l’état actuel des choses est inacceptable !
  • Que l’augmentation de la redevance télé ne se justifie pas, par rapport aux manquements aux missions primaires et a la qualité de son offre.
  • Que la Justice de ce pays n’est plus digne de confiance, tout comme la majorité des présidents des « boards » publics et para-publics et par extension, les institutions publiques en général,
  • Que nos enfants handicapés sont en danger par la faute de ministères qui se lavent les mains à tour de rôle.
  • Que le gouvernement nous censure ouvertement,
    • en « gaggant » la presse,
    • en emprisonnant des activistes sans fondement,
    • en harcelant et en sanctionnant des « whistleblower », poursuivant même ceux qui dénoncent des faits d’abus sur mineurs, au sein d’institutions scolaires.
    • Que 20 de nos compatriotes sont morts en moins de 2 mois, tués par l’incompétence encore impunie d’un ministre de tutelle et que des démarches pour que justice leur soit faite ne sont toujours pas initiées (je ne parle pas de compensation monnayée),
    • Que les plus riches deviennent plus riches, alors que les pauvres s’appauvrissent d’avantage.
    • Que nos plages ne nous appartiennent plus et que bientôt, comme dans des favellas modernes, nous serons réduits au service de ceux qui en bord de notre mer, au bord de leur piscine, feront la pluie et le beau temps

Il y a, en effet, tant de choses à faire résonner dans les  chofars pour que tombent enfin, les murs de notre Géhenne à nous ! Commençons dès maintenant… dans nos villes, dans nos villages, dans nos quartiers, dans notre voisinage, dans nos rues…

Et bien des fois, descendu dans la nuit des géhennes sociales, j’ai porté aux moribonds la résignation, l’espérance aux désespérés ; bien des fois j’ai changé en cris de joie les lamentations farouches de ces damnés. — 

(Octave Mirbeau, La chanson de Carmen)

Il est de notre devoir moral de combattre ces situations maudites. Nous avons perdu de notre superbe, de notre dignité, de notre fierté d’être mauriciens, filles et fils d’une terre promise à de glorieux futurs. Nous devons faire confiance à notre pouvoir de faire changer les choses, de bousculer les inepties et d’apporter au monde des débuts de solutions. Nous savions le faire jadis… et j’ai confiance !

C’est maintenant ou jamais ! Il y a tant de chemin à parcourir vers la rédemption, et si peu de temps !

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s